DATE DE SORTIE : 1 mars 2019
ARTISTE : Bean Soup
LABEL : Camille Productions - Distributeur : Socadisc
BEAN SOUP – Odidrep

Inspiré dans les années 20 par les trompettistes Joe Smith et Louis Armstrong croisés dans l’orchestre de Fletcher Henderson, Coleman Hawkins a hissé le saxophone ténor au niveau de la clarinette et de la trompette considérées alors comme les instruments prédominants du jazz. Il en fut longtemps le principal soliste et la référence prépondérante pour ses disciples (Ben Webster, Don Byas, Lucky Thompson) qui trouveront dans son œuvre l’inspiration première de leur art. Son statut de novateur qui atteint son aboutissement dans la fameuse version de Body and Soul (1939), ne l’a pas empêché de suivre l’évolution de l’histoire du jazz et parfois d’en appréhender le cours. Faisant preuve d’un goût prononcé pour la nouveauté, Coleman Hawkins n’hésitera pas à se frotter aux jeunes loups du bop naissant. Il côtoiera ainsi dans les studios d’enregistrement et sur scène, Dizzy Gillespie, Howard McGhee, Fats Navarro, Miles Davis, Max Roach et Thelonious Monk, tout en continuant à collaborer avec ses anciens partenaires (Roy Eldridge, Charlie Shavers, Jonah Jones).

C’est cette période passionnante de sa carrière, celle où le jazz s’ouvrait à d’autres horizons en faisant fi des catégories stylistiques, qui a fourni à Michel Bonnet (tp) et à Michel Bescont (ts) la matière et l’inspiration de ce disque.

Les deux hommes se connaissent bien et ont partagé nombre d’aventures musicales, par exemple au sein du Michel Bescont Sextet (2017) et, plus récemment, avec les Rois du Fox-trot. Tous deux ont des carrières bien remplies. Michel Bescont a fait partie des différentes moutures de Sharkey & Co, du groupe d’Irakli, du trio l’associant à François Rilhac et Gilbert Leroux et de l’Hot Antic Jazz Band. Prix Sidney Bechet de l’académie du jazz en 1995, Michel Bonnet a été un soliste remarqué du big band de Claude Bolling. Il est un membre éminent du Paris Swing Orchestra, des Gigolos, de Pink Turtle et la cheville ouvrière de Mem’Ory qui fait revivre la musique de Kid Ory. Pour réussir dans leur entreprise, les deux co-leaders se sont entourés de musiciens de grand talent dont ils ont souvent croisé le chemin. On y trouve le pianiste Jacques Schneck. Son approche éclectique l’a amené à jouer avec le Guillaume Nouaux New Orleans trio, 3 For Swing, une formation dédiée à la musique de Nat King Cole, et l’ensemble Djangobop de Stan Laferrière. C’est aussi un grand connaisseur de l’histoire du jazz qu’il a enseignée dans différents conservatoires parisiens. Le batteur et chef d’orchestre Stéphane Roger s’est produit sur les scènes du monde entier en compagnie des Gigolos et de Pink Turtle et continue de jouer régulièrement avec son ensemble Megaswing, créé en 1988. Installé à Paris depuis 2016, le contrebassiste, chef d’orchestre et compositeur australien Leigh Barker a accompagné Branford Marsalis et la vocaliste Sarah McKenzie.

Tous partagent une même esthétique du jazz et participent au succès de cet album qui tire sa cohérence d’un répertoire comprenant essentiellement des compositions de Coleman Hawkins bâties sur la séquence harmonique de standards, selon une démarche qui lui était chère pendant les années 40. On y trouve Hanid (Dinah), Bean and The Boys (Lover Come Back To Me), Bean Soup (Tea For Two), Vignette (Sweet Sue) et Riffin’ and Jivin’, une composition de Don Byas. Dans la même veine figurent Kerry (Sweet Georgia Brown) et Rifftide (Lady Be Good) que Thelonious Monk recyclera sous le titre d’Hackensack. Odidrep (Perdido), une composition de Michel Bonnet et Michel Bescont, illustre le même procédé et s’inscrit bien dans l’esprit de cette réalisation. Apparaissent aussi deux morceaux de Coleman Hawkins : Disorder at the Border, un blues qui fera l’objet d’une joute mémorable entre Wardell Gray et Dexter Gordon, et Mop Mop qui oscille entre swing et bop. Une touche de variété bien venue est apportée par deux ballades : My Ideal, dont la ligne mélodique est remarquablement exploitée par Michel Bescont, et The Nearness of You qui donne l’occasion à Michel Bonnet de développer des chorus remarquables. Stimulés par l’accompagnement précis et bien charpenté de Jacques Schneck (p), la pulsation solide et souple délivrée par Leigh Barker (b) et les relances efficaces de Stéphane Roger (dms), les solistes s’expriment en toute liberté et font preuve d’une inspiration constante. Un bel hommage à la musique de Coleman Hawkins.
Alain TOMAS

2019 Musicart Productions & copy : All rights reserved - Mentions légales